Limoges, ville d'arts et de feu (Haute-Vienne)

Ville d’art et d’histoire, capitale régionale, Limoges est mondialement réputée pour sa porcelaine, mais elle possède bien d’autres richesses : depuis une vingtaine d’années, la ville s’est transformée et a changé en profondeur.

Mairie de Limoges

Son sens de circulation a évolué, ses parcs et jardins sont toujours parmi les plus beaux de France, ses quartiers se sont embellis, ses monuments : la gare des Bénédictins ( où a été tourné la publicité avec Audrey Tautou pour le parfum numéro 5 de Channel ) , la mairie, le musée Adrien-Dubouché, le musée des Beaux Arts, la cathédrale, méritent plus que jamais qu’on s’y attarde. Ses rues chargées d’histoire, comme celle de la Boucherie, du Temple ou du Rajat ne demandent qu’à vous conduire. Son coeur, entre les grandes halles et la place Denis-Dussoubs, ne cherche qu’à vous retenir. Il fait bon flâner sur les bords de Vienne, du quartier de l’Abbessaille ou du port du Naveix, vestiges d’un Limoges authentique, du Zénith ou d’Ester Technopole. La capitale régionale joue à fond son rôle de locomotive économique : la porcelaine, l’émail, la chaussure, l’appareillage électrique sont toujours ses références, complétées aujourd’hui par son pôle universitaire, hospitalier, son tissu de PME et PMI, qui en font une cité attractive, tournée vers le XXIe siècle.

Pour en savoir plus sur Limoges

Saint-Junien, capitale de la ganterie (Haute-Vienne)

Gants Agnelle

Située au centre d’une région d’élevage et ainsi favorisée par une abondance de matière première telle que peaux de chevreaux et d’agneaux, Saint-Junien bénéficie, en matière de tannage, des qualités exceptionnelles des eaux de la Vienne.

Toujours en activité, de grandes maisons de luxe, dont notamment Agnelle, Georges Morand et la Ganterie de Saint-Junien (Hermès) sont les porte-drapeaux de cet art ancestral et accueillent le public dans leurs manufactures et magasins.

La ville possède un riche patrimoine architectural, dont la collégiale, caractéristique du style roman limousin. Camille Corot, peintre de renommée internationale, aimait travailler ses verts à Saint-Junien, sur les bords de la Glane. Un site remarquable en bord de Vienne porte son nom. Et puis, côté activités de loisirs, entre un footing en bord de Vienne et une balade dans la vieille ville, faites un plongeon au centre aqua-récréatif, qui vaut vraiment le détour !

Pour en savoir plus sur Saint-Junien

Tulle, la ville tonique (Corrèze)

Maison de Loyac

Tulle est la préfecture de la Corrèze, cité administrative par la force des choses, ville ouvrière. Elle a construit sa renommée sur le développement de son industrie et de son artisanat : elle est devenue la capitale de la dentelle (le fameux «tulle»), des armes avec sa manufacture d’armes et de l’accordéon (les célèbres accordéons Maugein). L’accordéon, une passion devenue première pour Tulle. Depuis 20 ans, elle propose ses Nuits de nacre, un festival qui fait la part belle au piano à bretelles.

Le musée du Cloître André Mazeyrie présente des collections lapidaires, des éléments d’art religieux, de poinct de Tulle, d’art, d’histoire et de techniques régionales, ainsi que des gisants de papes limousins. Mais Tulle est aussi une ville tonique. En 2008, elle se paie le luxe de remporter le Challenge de la ville la plus sportive de France décerné par le journal l’Équipe. Boulodrome, centre aqua-récréatif, terrain de skateboard, mais aussi rugby à XV, kayak, randonnées à pied, à vélo, à cheval… Toute une palette d'activités pour un séjour vitaminé.

Pour en savoir plus sur Tulle

Brive-la-Gaillarde, la gourmande (Corrèze)

Marché halle Georges Brassens

Elle est, dit-on, le «riant portail du Midi», une frontière, en quelque sorte, à deux pas du Périgord et du Quercy, situé en Corrèze précisément. Elle sent déjà le Sud-Ouest et ses mentalités s’en rapprochent.

Brive, ses maisons bourgeoises, son centre historique, son marché, ses marchés au gras, sa Foire du livre, ses Orchestrades, sa cuisine, son climat, son équipe de rugby (le CAB, vainqueur de la Coupe d’Europe en 1997)... Ici, tout est matière à écrire, tant l’Histoire, les histoires même, se mêlent à l’imaginaire collectif. On y parle avec un accent chantant et on fait des gestes pour appuyer son propos. 

Pour en savoir plus sur le Pays de Brive

Guéret, de vert et de douceur (Creuse)

Campée en lisière du massif forestier de Chabrières, au pied des Monts de Guéret, la préfecture creusoise combine les charmes qu’offre une cité moderne et une nature omniprésente. Construite autour de la place Bonnyaud, très animée les jeudis et samedis, jours de marché, la ville abrite le musée d’Art et d’Archéologie de la Sénatorerie de grande qualité. Il est consacré à la tapisserie marchoise, l’orfèvrerie, les émaux, l’archéologie et la peinture. Véritable mémoire de la Creuse, sa cité, capitale de la Marche, possède aussi quelques belles demeures dans le plus pur style local.

Le jardin Ferdinand-Villard mérite lui aussi le détour pour ses conifères, essentiellement des séquoias centenaires et des cèdres de l’Atlas. Côté détente, les restaurants gastronomiques sont nombreux et les cafés typiques vous accueilleront lors d’un apéro-boeuf musical. Faites aussi étape au lac de Courtille, ses plages aménagées permettent une foule d’activités : baignade, voile, jeux pour enfants, golf miniature, aire de skate, chemins et bons coins de pêche, au parc animalier Les Loups de Chabrières, au Labyrinthe Géant, le plus grand labyrinthe végétal permanent au monde, ou encore à l’espace VTT-FFC des monts de Guéret et ses 546 km de sentiers balisés adaptés à la randonnée sportive ou de loisirs.

Pour en savoir plus sur Guéret

Aubusson et Felletin, les cités tapissières (Creuse)

Aubusson et Felletin, deux villes qui ne tiennent qu’à un fil… et pour cause, elles sont intimement liées à la tapisserie. Car, contrairement aux idées reçues, il n’y a pas qu’Aubusson qui, en la matière, a su tirer son épingle du carton. L’histoire veut même que Felletin ait obtenu la première le titre honorifique, et ô combien envié, de véritable berceau de la tapisserie marchoise.

Musée de la Tapisserie d'Aubusson

Depuis, les choses ont bien évolué, et même si Felletin garde le record de la plus grande tapisserie jamais tissée (une oeuvre de 22 x 12 m qui se trouve dans la cathédrale de Coventry, en Angleterre), c’est bien Aubusson qui est la capitale de la tapisserie, n’en déplaise aux Gobelins. La tapisserie représente une activité économique non négligeable, et le musée attire chaque année des milliers de visiteurs.

Reste que Felletin et Aubusson, au-delà de cet aspect historique, sont deux cités agréables à visiter. Les maisons bourgeoises ne manquent pas, et leur centre- ville, typique de l’architecture creusoise, s’est construit autour de la rivière.

Felletin abrite aussi l’École des Métiers du Bâtiment qui perpétue la tradition des maçons de la Creuse. En été, nombreuses sont les activités proposées : le festival danse, musiques et voix du monde et la fête du pain à Néoux, les visites de la Coopérative diamantaire La Felletinoise, de la filature de laines Terrade et de la manufacture de tapisseries Pinton…

L’outil multimédia « Vidéoguide Limousin » permet de découvrir Aubusson à travers 4 parcours thématiques : l’essentiel, la tapisserie, le patrimoine ancien et le patrimoine 20ème siècle… A découvrir grâce à l’application mobile gratuite Vidéoguide Limousin, sur tablette numérique ou smartphone, ou sur votre ordinateur sur www.videoguidelimousin.fr/villes/aubusson